Comprendre la victimisation

La victimisation est l’événement ou l’incident qui entraine l’état de victime. Les événements victimisants sont habituellement de forte intensité et de courte durée (p. ex., vol, agression, accident grave, mort subite). La victimisation comporte essentiellement trois stades :
1. Impact – réaction initiale

  • Signes et symptômes de stress découlant d’un événement traumatique tels que choc, engourdissement, impuissance, vulnérabilité, désorientation, transpiration, agitation physique, refus d’y croire, colère, peur, frustration, confusion, culpabilité, tristesse, etc.

2. Distanciation

  • Tentatives cognitives de composer avec la situation
  • Déni de la réalité – tentative de faire comme si rien n’était arrivé
  • Blâme d’autrui
  • Blâme de soi – « Je l’ai sans doute mérité »
  • Comportement obsessif – retours répétés sur l’événement et sur ses conséquences
  • Fantasmes et planification compensatoires – réactions phobiques

3. Réorganisation

  • Retour à l’équilibre
  • Recours au réseau de soutien pour de l’aide
  • Efforts pour améliorer sa vie et non simplement exister
  • Modulation des peurs et des réactions obsessives
  • La victime peut mieux composer avec les flashbacks occasionnels

La victimisation secondaire peut se produire lorsque la victime a des contacts avec une personne qui :

  • Ne peut comprendre ses difficultés
  • Minimise ou dénigre l’expérience qu’elle a vécue et ses sentiments
  • Dénie ses propres pertes et a ainsi du mal à reconnaître les souffrances d’autrui
  • N’est pas bien renseignée sur le trouble de stress post-traumatique
  • Souscrit à la « théorie d’un monde juste » selon laquelle le monde est rationnel et les conséquences sont justes (les gens ont ce qu’ils méritent)